Faire face aux enjeux alimentaires de l’Île-de-France

Porté par la SEMMARIS, autorité organisatrice du Marché International de Rungis, Agoralim est un projet de territoire dans le nord de l’Ile de France, en réponse à 3 enjeux principaux :

Les attentes des consommateurs pour une meilleure alimentation

Les attentes des consommateurs évoluent : ils plébiscitent de plus en plus l’authenticité des produits et leur ancrage local, la simplicité des modes de transformation, la qualité et la traçabilité des aliments… Des évolutions qui devraient avoir à l’avenir un fort impact sur la filière agricole locale et qu’Agoralim entend accompagner notamment par la mutation de l’agriculture locale avec le développement de l’agroécologie et des circuits-courts et la valorisation de l’ensemble de la chaîne agricole, de la production à la distribution en passant par la transformation.

La sécurité de l’approvisionnement alimentaire de l’Île-de-France face à une demande en hausse

La forte croissance démographique francilienne d’ici 2035 va s’accompagner d’une hausse de la demande de produits alimentaires frais. Et y faire face nécessitera de disposer de capacités de distribution supplémentaires et complémentaires à celles du Marché de Rungis, afin d’assurer de manière efficace et durable l’approvisionnement alimentaire de l’ensemble de la région.

Le défi environnemental lié à la logistique

A l’échelle francilienne, la congestion, voire la saturation des axes routiers engendre un allongement des temps de transport et donc une hausse de l’empreinte carbone des flux d’approvisionnement. Agoralim contribuera au désengorgement du trafic en rapprochant certains flux de leurs lieux de destination. Avec un nouveau site au nord de l’Île-de-France, les flux de transports des marchandises devraient diminuer d’au moins 10%. C’est donc l’empreinte environnementale de chaque produit qui sera améliorée.

Dans ce contexte, la qualité du lien entre production et distribution des produits alimentaires est plus que jamais un facteur clé pour garantir un approvisionnement alimentaire durable des populations franciliennes. Pour apporter une réponse adaptée à ces enjeux, la SEMMARIS porte le projet Agoralim, complémentaire au Marché de Rungis. Elle souhaite co-construire ce projet avec les acteurs des territoires et les différentes parties prenantes afin d’initier une dynamique territoriale nouvelle et développer un écosystème local.

Développer une nouvelle place pour l’alimentation durable

Le projet Agoralim porte une ambition forte et inédite. Il consiste à mettre en place, au nord de la région Île-de-France, un dispositif durable de valorisation des produits alimentaires frais à tous les échelons : production, transformation et distribution.
Agoralim est l’un des piliers du Plan Val-d’Oise présenté par le Premier ministre le 7 mai 2021. Pour ce faire, il est envisagé un projet multi-sites reposant sur 7 principes fondamentaux :

Contribuer au développement de l’agriculture francilienne

Agoralim comprendra un site agricole d’une centaine d’hectares prévu sur le Triangle de Gonesse. La SEMMARIS envisage d’y développer, avec ses partenaires, un programme agricole d’ensemble qui tienne compte des agriculteurs en place et de leur stratégie de développement ainsi que du potentiel agronomique du site. Ce programme reposera sur les principes de l’agroécologie, avec des productions diversifiées. Son volet agricole permettra ainsi de soutenir les producteurs ou porteurs de projets agricoles locaux durables, en leur dédiant un espace et en leur facilitant l’accès aux débouchés via les autres composantes du projet.

Créer une ou plusieurs plateformes de transformation-distribution alimentaire de proximité

Ce volet sera implanté sur un ou plusieurs sites – restant à identifier (cf. thématique 5 de l’appel à idées) – dans un rayon de 10 km autour du Triangle de Gonesse. En effet, le projet Agoralim doit permettre de couvrir tous les échelons de la chaîne alimentaire, de la production agricole à la distribution, et notamment intégrer de nouvelles activités en aval de la production : préparation, fraîche découpe, transformation des produits frais … Les plateformes de transformation-distribution seront réservées aux professionnels mais ne seront pas un marché physique (à l’exception d’un Carreau des producteurs), contrairement au Marché de Rungis. Elles seront destinées prioritairement à l’approvisionnement des populations du nord francilien, dans une logique de proximité (valorisation des produits locaux, diminution des coûts de transport…). En cela, elles constitueront un outil complémentaire au MIN de Rungis.

Créer des emplois et des filières de formation au bénéfice du territoire

Compte-tenu de l’envergure du projet, Agoralim devrait générer la création
de 3 000 à 5 000 emplois directs à terme dans les métiers de l’alimentaire, de l’agriculture, de bouche, et de la logistique. Et pour que ces emplois bénéficient avant tout et surtout aux populations locales, le projet Agoralim intègrera des dispositifs de formation ou de reconversion professionnelle, des partenariats avec des acteurs institutionnels spécialisés, des solutions d’hébergement pour les étudiants ou jeunes travailleurs, … en complémentarité avec les dispositifs existants sur le territoire.

Promouvoir la pédagogie autour des bienfaits d’une meilleure alimentation

Agoralim envisage la mise en place d’actions tournées vers le grand public, en particulier les populations jeunes du territoire, afin de contribuer à mieux informer et sensibiliser sur les bienfaits du « bien manger » et des liens entre alimentation, santé et environnement.

Intégrer une dynamique d’innovation à tous les niveaux

L’ambition est de faire d’Agoralim un pôle d’excellence alimentaire à tous les niveaux : agriculture, alimentaire, logistique… Le projet prévoit également d’intégrer une dimension prospective afin d’anticiper les tendances qui transforment la chaîne alimentaire et d’y répondre par de nouveaux services et modèles économiques.
Agoralim est un projet totalement inédit qui doit permettre d’inventer d’un nouveau modèle pour une alimentation durable en Ile-de-France.

Être exemplaire sur le plan environnemental et viser la neutralité carbone

Si le développement d’une production agricole locale, respectueuse de l’environnement prenant en compte les enjeux carbone font intrinsèquement partie du projet Agoralim, la SEMMARIS souhaite aller plus loin. Agoralim sera conçu dans une logique d’écologie industrielle territoriale, afin d’optimiser et préserver les ressources en eau et en énergie, limiter et valoriser les déchets et co-produits générés par ses activités. Cette démarche d’économie circulaire sera mise en place à l’échelle des différents sites Agoralim mais également du territoire d’implantation du projet, pour répondre à ses besoins et contribuer à une baisse globale de la consommation en ressources. Elle sera complétée par une démarche d’éco-conception des bâtiments, notamment sur les modes de production d’énergie et à la mobilité autour du site, afin de limiter l’impact du projet sur son écosystème.

Co-construire le projet avec le territoire et les acteurs du terrain

Développer un écosystème autour d’Agoralim et concevoir un projet qui soit véritablement utile aux habitants, entreprises et associations du territoire, sont deux éléments structurants du projet.
Et parce que les acteurs du terrain disposent d’une connaissance fine des enjeux, besoins et attentes locaux sur chacune des thématiques du projet, la SEMMARIS leur propose de s’associer au développement d’une dynamique économique, agricole et sociale durable dans le nord de l’Île-de-France.
C’est l’objet de l’appel à idées lancé par la SEMMARIS.

La mission de préfiguration du projet Agoralim a été créé. Sa direction a été confiée à Benoît JUSTER, directeur exécutif des Opérations du Marché international de Rungis qui en supervisera le développement.

Agoralim aura un certain nombre de caractéristiques communes avec le Marché de Rungis :
– un lieu dédié à l’alimentaire frais réservé aux professionnels,
– un lieu structurant la filière et la chaîne alimentaire,
– un lieu qui permet une optimisation et une mutualisation des flux logistiques et donc une réduction de l’empreinte environnementale,
– un lieu de formation et d’innovation.
– un Carreau des producteurs
Contrairement au Marché de Rungis, Agoralim n’aura pas d’activités de marché physique, autrement dit de vente sur carreau. Enfin, Agoralim intègrera des activités complémentaires à celles du Marché de Rungis, notamment la production agricole locale.

Miser sur le nord de l’Île-de-France

La SEMMARIS s’est naturellement tournée vers le nord dans le cadre de sa réflexion sur une seconde implantation en Île-de-France, pour plusieurs raisons :

Développer la complémentarité avec le Marché de Rungis, situé au sud

Le projet Agoralim est par nature complémentaire au Marché de Rungis, tant géographiquement – en permettant donc une meilleure répartition des flux d’approvisionnement au niveau régional – que fonctionnellement – grâce au développement de nouvelles activités, notamment agricoles, qui constituent un élément fort du projet.    

Capitaliser sur le potentiel agricole du nord francilien

Le nord de l’Île-de-France a une vocation agricole historique. Capitaliser sur le potentiel agricole de cette zone sera un atout indispensable pour la SEMMARIS pour développer les circuits courts en réponse à la demande des consommateurs et, plus globalement, participer au futur agricole de la région en accompagnant la mutation de la filière et des besoins.

Anticiper la demande croissante
de produits frais

Le nord de l’Île-de-France affiche aujourd’hui un dynamisme plus fort que le reste de la région (augmentation démographique, concentration de la demande de produits frais) qui se traduira par conséquent par une hausse des flux d’approvisionnements dans les prochaines années. Installer le projet Agoralim au nord, c’est anticiper les besoins alimentaires de demain.